imagesEt voilà (encore) un bon coup de poing dans ta gueule de plus ! Les députés ne veulent pas baisser leurs indemnités (5000 euros par mois) !!! http://www.rue89.com/2011/11/16/les-deputes-refusent-de-baisser-leurs-salaires-une-faute-politique-226595

Depuis que cette crise européenne s'envole dans des points de non retour évidents (128000 chômeurs de plus en Espagne le mois dernier, 28000 chez nous, et je ne parle pas de la Grèce), beaucoup (des millions) de Français ne peuvent plus se loger, se nourrir... Ceux qui ont encore la "chance" d'avoir un travail ne s'y retrouvent plus non plus. Les familles monoparentales souffrent et ont l'impression de ne pouvoir profiter de rien. Certains, comme moi qui frôle une fois de plus l'accession à l'ASS, essaient de se constituer en groupes pour s'indigner une bonne fois pour toutes et ce n'est pas si évident !

Mais les politiques, eux ne veulent rien savoir. Diminuer leur émoluments ? Que nenni. "Nous travaillons beaucoup !" En accusant ceux qui en ont 100 fois moins d'en être les premiers coupables. Ah... Siégez alors ! Dans la vie réelle, même ceux qui travaillent beaucoup sont loin de gagner autant, sans compter les avantages en nature dont les élus bénéficient, leur retraite défiant toute concurrence, etc. L'absentéisme dans un boulot normal ça ne se termine pas comme ça. Les cumulards qui en ont 3 ou 4 de postes n'ont pas le don d'ubiquité à ce que je sache. Il faut donc réformer tout ça avant que ça m'énerve !

Et là j'ai l'impression de n'entendre que l'ump (à la télé, dans les journaux, sur le net...), l'ump qui s'émeut de faits-divers (Agnès et les autres) et par effet d'annonce nous dit ya ka, ilfo. Et là il sonne à nos oreilles comme un goût de déjà-entendu. Je ne dis pas que ce n'est pas affreux, bien sûr toutes ces affaires là le sont forcément. On s'imagine toujours, ha si c'était la mienne ! On a forcément ce pouvoir d'empathie en nous mais ça ne fait rien avancer. Le populisme a un beau chemin tout tracé. Il y a des gens qui ont des problèmes mentaux et qui font des choses terribles, qui sont enfermés, qui ne le sont pas... Les hôpitaux sont pauvres, les prisons sont pauvres, et le suivi de tous ces gens part en fumée faute de moyens humains et financiers. Les obligations de soins existent sur le papier mais ne sont pas suivies des actes et des surveillances objectives et professionnelles.

L'Etat ne fait rien pour améliorer l'éducation, les petites classes sont surchargées, certains étudiants ont du mal à étudierDessinCharbFev2009_ff2d1 tellement leur déprime est grande face aux tourments du manque d'argent. Les écoles sont fracturées par les absences des moyens indispensables qui permettraient aux enfants le mieux-être et l'attention qu'ils méritent, alors que c'est primordial et essentiel dans une société. Et certain nous dit qu'il faut repérer les enfants à problèmes ? Et en faire quoi, les enfermer ? Claude Halmos digne héritière de F. Dolto dit que tout est rattrapable si pris en charge. Mettre au pilori certains petits ou adolescents qui ont un comportement étrange sans soigner, sans comprendre, sans agir est une hérésie. Dans la plupart des cas, le problème est vite réglé, dit encore Claude Halmos. Mais sans montrer du doigt sur place publique.

Les effets de manches ne donnent jamais de solution et la dégradation va doucement mais sûrement. La hauteur de ton de certaines institutions font baisser les bras des plus courageux, des plus persévérants. Cet Etat là nous aura cassés. Et pourtant on entend toujours dire, du fric il y en a. Ha oui pour payer les ministres et autres élus, il y en aura toujours. Et de tous bords et de tous poils, là ils s'arrangent bien. On ne leur demandait pas un sacrifice énorme, juste pour l'exemple. 

Je mélange un peu les sujets mais tout ça est lié. Refaire société, ce n'est pas seulement une question d'argent mais une question de réflexions, de compréhension, de respect, de partage et d'éducation et tout ça s'anéantit. Nous sommes déjà depuis longtemps habitués à voir des gens mourir dans la rue, alors...