ch-01-10202Le Président nous dit que c'est du courage de gouverner en ces temps modernes et mornes de crise, de dettes, de chômage galopant, de... j'allais dire pauvreté, misère et autres coups dans la gueule que subissent ses concitoyens. http://www.lesechos.fr/economie-politique/politique/actu/0201843267846-sarkozy-vante-son-courage-face-a-l-epreuve-275281.php

Il serait presque pleurnichard s'il s'écoutait, ne sachant plus comment amadouer ceux qui commencent sérieusement à lui tourner le dos, il voudrait maugréer entre ses dents : "Vous ne vous rendez pas compte, vous les petits que c'est dur de vouloir être et rester le plus grand... responsabilité... lever tôt... gagner plus (ha ça on n'entend plus)... gna gna gna". J'entends ça entre les lignes, moi.

Le vrai courage n'est pas d'être un président girouette entre deux avions, à qui on écrit des discours dont il n'a cure et qu'il ressasse, en jouant son rôle.  Je connais beaucoup de femmes seules qui travaillent à temps partiel, qui élèvent leurs enfants avec peu d'aide et de moyens. Je croise beaucoup de sdf à Paris ou ailleurs dans d'autres grandes villes, qui survivent et meurent sous les yeux de milliers d'indifférents. J'ai passé un après-midi froid de novembre avec des indignés, à Nantes, qui ne baissaient pas les armes. Je connais des travailleurs qui se sont battus pour ne pas perdre leur emploi, qu'ils ont perdu quand même. Je connais des chômeurs qui ne savent plus quoi faire pour s'occuper l'esprit, à en devenir fous. Je connais des journalistes qui vont sur le terrain au péril de leur confort ou pire, de leur vie. Des exemples comme ça on peut en trouver à la pelle, si on regarde un peu autour de nous.

Sarkozy, lui, il n'a qu'à tendre la main, on lui donne son discours ; il tend la main, un lèche-botte lui donne son café ; il tend la main, un de ses sous-fifres tremble en se demandant bien ce qu'il veut... un chocolat ? qu'on lui ouvre une porte ? qu'on lui trouve une idée ? Il était impatient, impertinent, grossier ; il se meut en grand homme digne face à cette crise qui lui va si bien.  Il va parler aux Français à la fin du mois. Sur une chaîne pleine de ces (nouveaux et anciens) chiens de garde qui ne veulent que le buzz et l'argent du buzz. Et bla bla bla.