Le succès de ce film est phénoménal.

329611Je ne l'ai pas vu. Je n'irai pas le voir. On va encore me dire "tu es rabat-joie ! ". "Ce film remonte le moral, on en a besoin, blablabla... Oui je sais"

L'histoire est belle. Cette rencontre d'amitié est belle. Ce handicap est lourd. Quand j'avais vu "le saphandre et le papillon" sur le locked-in syndrôme de Jean-Dominique Bauby tiré de son livre, une scène m'avait marquée. Jean-Do, le héros du film dont la vie bascule après cette attaque cérébrale qui le paralyse et visse sa vie à ce fauteuil, ce lit et cette voix intérieure ; Jean-Do donc, regarde un match de foot à la télé, et le film nous fait l'entendre qui crie, s'anime, Jean-Do vit le match, dans sa tête. Un infirmier arrive, le borde, ne lui demande rien, éteint la télé dit bonne nuit et s'en va. Et c'est le noir. Plus rien. Incapacité d'appeler, incapacité de s'insurger ; et nous spectateurs on l'entend se dire heee mais ça va pas, heee mon match putain fait chier !!!! Un cerveau et une pensée intactes dans un corps qui ne bouge plus. Ni les lèvres, ni les poumons, ni les yeux. Ah oui juste une paupière qui le maintient en lien avec les autres. Il est mort après la sortie du livre. Ses premières paroles écrites avaient été : je veux mourir. Ce qui rapproche ces deux personnages emblématiques, devenues cinématographiques, c'est qu'ils ont fait un livre, c'est qu'ils avaient des moyens financiers ; malgré la dureté du handicap, ces moyens peuvent [parfois] adoucir la vie.

Certains ont un handicap plus léger, plus léger que le personnage de Cluzet mais sont réduits à la même vie que Jean-Do. Leur sur-handicap après le vrai c'est les sous. L'Etat ne finance pas assez d'infrastructures accessibles aux gens handicapés. Les entreprises privées non plus d'ailleurs. Les places dans les centres coûtent cher et sont rares. Et cela fait longtemps que les associations comme l'APF (association des paralysés de France) crient leur manque de moyens et suscitent peu d'intérêt. Les particuliers se sentent seuls.

Les clips de sensibilisations sont éphémères ; rappelez-vous ce mec en fauteuil qui va des chiottes au parking sans arrêt car il n' y a guère d'évolution dans les aménagements. C'est lent. Le plus beau cadeau qu'on peut leur faire c'est de les mélanger à nous. Tout le temps. Plongez-vous dans les préoccupations des personnes handicapées. http://www.apf.asso.fr/

Ont-ils pu tous, ces gens handicapés avides de loisirs, aller sans encombre voir ce film au cinéma ? Posons-nous la question. Espérons que les auteurs du film sauront en toucher deux mots au Président qui récupère tout ce qu'il peut en ce moment.